Reporting des Affaires Publiques

Dans son rapport d’octobre 2015 « Transparence et intégrité du lobbying : le point sur le nouveau défi de la RSE », VIGEO, spécialiste de la notation extra-financière, relève 3 tendances :

  • Les investisseurs exigent une transparence accrue de la part des entreprises sur leurs activités politiques.

  • A l’échelle mondiale, la régulation du lobbying s’est renforcée.

  • Les organisations internationales deviennent de plus en plus actives sur le sujet.

VIGEO met en avant les risques pour une entreprise de ne pas s’inscrire dans une démarche de transparence par rapport à son lobbying.

Quel regard portez-vous sur les conclusions du rapport VIGEO d’octobre 2015 ?

Quels sont selon-vous les enjeux actuels entre entreprise et lobbying ?

Pour laisser un commentaire, veuillez-vous vous référer ci-dessous :

Publicités

3 réflexions au sujet de « Reporting des Affaires Publiques »

  1. Ces réglementations vont dans le bon sens; cette profession est souvent décriée pour de mauvaises raisons. Il est urgent de montrer que le lobbyiste n’est pas l’horrible corrupteur d’antan, mais plutôt un facilitateur de dialogue, une sorte d’avocat de l’entreprise sur la sphère publique. Continuez comme cela !

    J'aime

  2. Il doit donc y avoir « rencontre » entre éthique du management et éthique du lobbying :

    – Le dialogue constant, libre et constructif entre le lobbyiste et l’entreprise doit être le maître clé de la relation : celle-ci ne doit pas se limiter à la fourniture du service demandé, mais constituer un travail de réflexion en commun et de construction conjointe d’une « démarche responsable ». On voit ainsi la « dépendance nécessaire » qui se créée entre le mandant et le mandataire ; on peut même avancer l’idée que vouloir introduire une démarche vertueuse dans l’activité du lobbyiste dépend en grande partie de l’engagement propre de l’entreprise dans une démarche de même type !

    – Toutefois, la « rencontre » ne veut pas dire qu’il y ait identité des démarches : l’entreprise devra respecter les règles du « lobbying responsable », mais continuer à définir ses propres stratégies et moyens d’action ; et le lobbyiste ne devra pas interférer dans l’élaboration de la politique stratégique de l’entreprise. Par contre, une « marge de rencontre et de convergence » existe et est même nécessaire, et cela sera de la responsabilité du lobbyiste de travailler sur ces « points de rencontre possibles ». Par exemple, il pourra suggérer de favoriser l’intérêt général dans la mise en place d’une stratégie impliquant des actions de lobbying, enrichissant en cela la démarche initiale de l’entreprise, qui envisageait initialement la seule défense de ses intérêts privés.

    J'aime

  3. La prise de conscience par les entreprises de l’importance d’une transparence totale sur les affaires publiques/européennes est primordiale ! Elle contribue à la professionnalisation et à l’encadrement du lobbying en en diffusant une image moins obscure et plus claire.

    J'aime

Participez à la discussion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s